Notre corps lutte constamment contre la pesanteur

la-pesanteur

Quand nous marchons ou courons, par exemple, toute la force gravitationnelle se concentre sur un point relativement petit. Cela crée d’énormes pressions au centimètre carré. Même la simple position debout exerce une grande pression sur nos pieds et sur la colonne vertébrale.Cette importante concentration de poids sur d’infimes parties du corps, ajouté à la posture verticale, provoque stress et problèmes en des endroits relativement faible de notre structure comme les articulations des genoux et des hanches, le bas du dos, le cou, l’abdomen. Le cœur doit lui aussi travailler de manière intense pour pomper le sang des pieds à la tête. Notre corps contrebalance les effets de la pesanteur en adoptant des positions rigides ;

Résultat : nous développons, en certains points, des tensions musculaires chroniques. La tension cause la douleur. Douleur au bas du dos, dans le cou, maux de tête et toute une série de difficultés en découlent telles que :respiration superficielles, hypertension, maladies cardio-vasculaires, ulcères, asthme… La pesanteur est probablement une des plus grande cause des problèmes de santé. L’exemple le plus frappant est le mal au dos qui touche des millions d’individus en France. Il est le résultat logique de notre lutte permanente contre la pesanteur.

La pesanteur et le cerveau

pesanteur-cerveau

Dans notre existence, une grande partie de notre activité cérébrale est consacré à la gestion de la pesanteur, lui faire face, considérer l’inertie et l’accélération, décider de comment se déplacer, dans quelle direction, quelle partie du corps bouger afin de rester droit… En gros, c’est comme si on avait un ordinateur de bord occupé à résoudre d’ennuyeux problèmes de physique, utilisant une grande partie de nos ressources.

Le professeur Feldenkrais ajoute que « le gros des stimuli qui arrivent au système nerveux provient d’une activité musculaire constamment affectée par la pesanteur » ; toutes nos perceptions et sensations arrivent dans ce terrain d’activité musculaire et par conséquent, la pesanteur diminue notre sensibilité et notre conscience de la réalité intérieure et extérieure. Si les tensions liées à la pesanteur réduisent notre sensibilité et notre conscience, il est alors évident que la réduction de ces tensions sera bénéfique. C’est là un des effets produit par la flottaison : à cause de l’eau saturée de sel d’Epsom, le corps flotte à la surface. Pieds, jambes, mains, bras, tête, toutes les parties du corps sont supportées indépendamment les unes des autres, sans aucune tension entre elles.

La flottaison n’élimine évidemment pas la pesanteur, bien sûr mais en flottant sur l’eau on répartit notre poids sur la plus grande surface possible, ce qui réduit la source de stimulation à son niveau le plus bas possible. En diminuant la tension musculaire due à la pesanteur, nous devenons capable de percevoir et de détecter des sensations plus subtiles et donc de les intensifier.

Mais il y a d’autres aspects positifs : du fait que notre système os-muscles n’est pas constamment en train de lutter contre la pesanteur, et que chaque muscle peut se détendre mieux que jamais , nous pouvons prendre conscience des nœuds, des points névralgiques de tension musculaire et de fatigue chronique du système. N’étant plus cachés par la tension musculaire normale, ces nœuds peuvent etre localisés avec précision, traités et même éliminés , ce qui mène à une sensation euphorique, un soulagement de cette tension que le psychiatre Wilhelm Reich appelait « notre armure corporelle ».

La libération des effets de la pesanteur permet aussi au flot sanguin de circuler librement et d’atteindre des parties de corps dont la précarité de la santé aurait été causé par la constriction cardio-vasculaire, laquelle peut provoquée par la cigarette, le cholestérol et la tension. Cela permet aussi au cœur de fonctionner plus facilement et plus efficacement.

Soulager les douleurs

douleurs-poids

Un autre bienfait est la baisse de la pression sanguine, le ralentissement du pouls. En diminuant le poids sur les articulations, les tendons, les ligaments, les os et les muscles. L’usage du caisson d’isolation sensorielle soulage ainsi temporairement les douleurs chroniques provoquées par l’hygroma, l’arthrite, la tendinite, les douleurs traumatiques ou structurelles dues à des hématomes, des entorses, des fractures et des foulures.

Une des réactions communes à l’expérience du cocon de flottaison est l’impression d’arriver chez soi, dans un endroit familier. Mais je pense que cela va plus loin, cela remonte à un niveau cellulaire, à des sensations nées dans dans notre inconscient collectif. L’euphorie ressentie dans un caisson d’isolation sensorielle semble imprimée dans nos gènes, c’est comme si nous l’avions toujours connue, toujours cherchée : se libérer de la pesanteur, fuir notre corps, en un mot: flotter.

Ce n’est pas un hasard si certains le compare à la sensation ou souvenir du bébé dans le ventre de sa mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close